Six experts au chevet du tourisme hérensard

DESTINATION COMMUNE Six experts internationaux du tourisme se sont réunis à Arolla. Belges, Français ou Québécois, ces professionnels ont livré une analyse sans concession de l’organisation touristique régionale. Le val d’Hérens a tout pour briller, mais il manque de vision et d’unité.

PAR ALEXANDRE BENEY

 11.10.2021, 05:30

LECTURE: 4MIN

 

«JE N’AVAIS JAMAIS ENTENDU PARLER DU VAL D’HÉRENS. C’EST UN TRÉSOR CACHÉ, UN COUP DE CŒUR AU PAYSAGE SPECTACULAIRE.» ANCIEN VICE-PRÉSIDENT DE MONTRÉAL TOURISME, AUJOURD’HUI CONSULTANT, PIERRE BELLEROSE EST SOUS LE CHARME. IL EST MEMBRE DES FRANCOPHONIES DE L’INNOVATION TOURISTIQUE. SIX MEMBRES DU COMITÉ DE CETTE ASSOCIATION INTERNATIONALE D’ÉCHANGE ET DE RÉFLEXION – TOUS PROFESSIONNELS DU TOURISME – ÉTAIENT INVITÉS PAR LES PROPRIÉTAIRES DE L’HÔTEL KURHAUS. ILS ONT PASSÉ TROIS JOURS EN IMMERSION ENTRE EVOLÈNE ET HÉRÉMENCE DANS LE BUT DE COMPRENDRE LE TERRITOIRE ET D’EN SAISIR LES ENJEUX TOURISTIQUES.

LEURS CONCLUSIONS ÉTAIENT PRÉSENTÉES CE VENDREDI À EUSEIGNE DEVANT UN PARTERRE D’UNE TRENTAINE DE PERSONNES, DES ÉLUS COMMUNAUX, DES HÔTELIERS, DES GUIDES ET DES DIRECTEURS D’OFFICES DE TOURISME. D’ENTRÉE, LA BRETONNE LAURENCE GIULIANI TEMPÈRE: «NOUS ARRIVONS AVEC HUMILITÉ, NOUS NE SOMMES PAS LÀ POUR FAIRE LA LEÇON, MAIS POUR ÉCHANGER SUR NOTRE PERCEPTION BASÉE SUR DES REGARDS EXTÉRIEURS.»

BAKOUNIS, ZOYASS, OU MOTZONS CES SURNOMS TÉMOIGNENT D’UNE RICHESSE CULTURELLE, MAIS MONTRENT AUSSI CE QUI VOUS DIVISE.

JEAN-LUC BOULIN, COPRÉSIDENT DES FRANCOPHONIES DE L’INNOVATION TOURISTIQUE

PRÉCISION UTILE, CAR MÊME ÉMERVEILLÉS PAR LES ATOUTS DU VAL D’HÉRENS, CES EXPERTS NE SONT PAS UNIQUEMENT VENUS POUR EN DÉROULER LA LISTE. L’HEURE EST AU DIAGNOSTIC.

«PAS DE VISION COMMUNE»

PRÉSENTÉE AVEC LE SOURIRE ET DES ACCENTS CHANTANTS, L’ÉVALUATION TOMBE COMME UN ÉLECTROCHOC. «NOUS N’AVONS PAS SENTI DE VISION PARTAGÉE PAR L’ENSEMBLE DES ACTEURS. BAKOUNIS, ZOYASS OU MOTZONS, CES SURNOMS TÉMOIGNENT D’UNE RICHESSE CULTURELLE, MAIS MONTRENT AUSSI CE QUI VOUS DIVISE, CES VIEILLES BRISURES QUI VIENNENT HANTER LA DYNAMIQUE ACTUELLE», POINTE LE FRANÇAIS JEAN-LUC BOULIN. IL AJOUTE: «POUR UNE SEULE DESTINATION, VOUS AVEZ QUATRE SITES INTERNET QUI SONT DES COPIÉS-COLLÉS LES UNS DES AUTRES. ÇA N’A AUCUN SENS POUR LE CLIENT QUI A BESOIN DE FLUIDITÉ DANS LE TERRITOIRE ET D’UNE PROMOTION COHÉRENTE.» CE MANQUE DE VISION ET D’UNITÉ ENTRAVE LE DÉVELOPPEMENT D’UN TOURISME RÉGIONAL ET RATIONNEL. IL EST PAR EXEMPLE TRÈS DIFFICILE DE PRENDRE DES DÉCISIONS IMPORTANTES, D’ENGAGER DES INVESTISSEMENTS OU DE LANCER DES PROJETS QUI AJOUTENT UNE PLUS-VALUE RÉGIONALE.

PROJET FÉDÉRATEUR PAR LA POPULATION

ILS APPELLENT AINSI LES ACTEURS TOURISTIQUES, LES ÉLUS ET TOUS LES HABITANTS À SE METTRE AUTOUR D’UNE TABLE AFIN DE DÉFINIR DES VALEURS COMMUNES. «NOUS NE SOMMES PAS LÀ POUR VOUS DIRE QUOI FAIRE. C’EST À VOUS DE DÉCIDER ENSEMBLE CE QUE VOUS VOULEZ POUR VOTRE TOURISME», PRÉCISE LA BELGE LAURENCE DOCQUIR.

NOUS SOUFFRONS D’UN SYNDROME DE NON-DÉCISION. LES FANTÔMES DU PASSÉ SONT HANDICAPANTS. 

VIRGINIE GASPOZ, PRÉSIDENTE D’EVOLÈNE

UNE SOCIÉTÉ ANONYME DE GESTION ET PROMOTION EST ÉVOQUÉE. «ELLE SERAIT CHARGÉE DE PILOTER LA STRATÉGIE TOURISTIQUE DU VAL D’HÉRENS, D’IDENTIFIER LES CHANTIERS, DE RÉALISER DES ARBITRAGES ENTRE PROJETS EN DISTINGUANT LES INTÉRÊTS INDIVIDUELS DES INTÉRÊTS COLLECTIFS», PRÉCISE L’EXPOSÉ DES SIX EXPERTS.

LES FANTÔMES DU PASSÉ

PARMI LES TRENTE PERSONNES PRÉSENTES, L’ÉLECTROCHOC EST ACCEPTÉ. PRÉSIDENTE D’EVOLÈNE, VIRGINIE GASPOZ ÉVOQUE UNE SÉANCE DE PSYCHIATRIE: «MÊME SI ÇA NE NOUS FAIT PAS PLAISIR, CE QUE VOUS DITES EST SANS DOUTE VRAI. NOUS SOUFFRONS D’UN SYNDROME DE NON-DÉCISION. LES FANTÔMES DU PASSÉ SONT HANDICAPANTS.» LES POLITIQUES SONT BIEN CONSCIENTS D’AVOIR LES CARTES EN MAIN POUR LE FUTUR TOURISTIQUE DE LA RÉGION. «L’INTERCOMMUNALITÉ N’EST PEUT-ÊTRE PLUS LA SOLUTION. NOUS DEVONS RÉFLÉCHIR À LAISSER LA MAIN À DES PROFESSIONNELS», ESTIME GRÉGORY LOGEAN, PRÉSIDENT D’HÉRÉMENCE.

DANS LA SALLE, UN MANDAT D’ÉTUDE EST ÉVOQUÉ AFIN DE TRAVAILLER À CETTE VISION COMMUNE. IMMÉDIATEMENT JEAN-LUC BOULIN COUPE: «N’ENGAGEZ SURTOUT PAS UN CABINET. VOUS AVEZ BESOIN D’UN FACILITATEUR QUI METTE LA POPULATION AUTOUR DE LA TABLE. LES RÉPONSES DOIVENT VENIR D’EN BAS.»