Compte-Rendu réunion du 16 octobre 2021 – Commission Mobilité du District de Sierre

Sous la présidence de Monsieur le Préfet, assisté de Madame le Sous-Préfet.

Environ 60 personnes présentes, autorités, représentants des communes et du tourisme, représentants des associations de R2, ingénieurs civils, direction CFF, direction SMC.

Les travaux préparatoires issus des réunions précédentes ont défini l’organisation de cette séance en ateliers par secteurs géographiques. 3 secteurs géographiques (Crans-Montana, Val d’Anniviers, Leuk-Leukkerbad) ont fait l’objet de 3 groupes de travail, centrés sur le hub de Sierre. Le support technique est assuré par le cabinet d’ingénierie civile Traject mandaté par le district.

Objectif de la Commission :

Elaborer les propositions en matière de mobilité à la Conférence des Présidents de Commune, pour décisions à prendre en corrélation avec les autorités du Canton et la politique fédérale en la matière.

Calendrier :

Les propositions doivent être établies avant le 1er semestre 2022 pour des réalisations qui interviendront en 2045-2050 (les budgets et décisions pour avant 2045 étant déjà entérinés)

Problématique et objectif opérationnel :

Le réseau routier actuel ne pourra pas être transformé pour supporter un augmentation significative du trafic. L’intensification des bus ne représente qu’une petite part d’une augmentation de l’offre. La saisonnalité du trafic (R2 du vendredi après-midi et du dimanche soir) est très importante (il y a 2 fois plus de R2 que d’habitants) mais le volume en semaine est déjà significatif (14.000 véhicules par jour rien que pour les liaisons Rhône – Haut-Plateau). L’offre actuelle en transports publics (train, funiculaire, bus) est très insuffisante et présente de nombreuses ruptures de charge. Les jeunes générations passent de moins en moins le permis de conduire et s’en remettent  plus aux transports publics voire individuels alternatifs.

Au total les transports publics actuels ne représentent que 4% du trafic total tandis qu’il est à prévoir une augmentation de 17% de la demande en mobilité dans le district avant 20 ans.

L’objectif opérationnel est de faire passer l’usage des transports publics de 4% (actuel) à 25% à l’horizon 2045-2050.

Le hub de Sierre :

Le point central est la gare CFF de Sierre, d’où doivent partir toutes les liaisons transversales. L’actuelle position de la gare en centre-ville ne pourra certainement pas être le hub principal faute de pouvoir être étendu à cause du tissu urbain. Le hub principal sera sans doute à créer, probablement côté Ouest.

 

Travail en ateliers :

Méthodologie :

Celle-ci a été définie lors de la précédente réunion de la Commission :

1-    Analyse SWOT (Forces-Faiblesses-Opportunités-Menaces) pour déterminer les options

2-    Analyse SMART (Spécifique-Mesurable-Atteignable-Réaliste-Temporellement défini) afin d’analyser les objectifs.

3-    Idées de développement.

Atelier Leuk-Leukerbad

Problématique la plus simple en créant une liaison câblée ad hoc. Le diable se cache néanmoins dans le détail avec le choix du tracé et la liaison directe au hub de Sierre.

Atelier Val d’Anniviers

A peine plus complexe, la configuration géographique de la vallée se prête à un réseau câblé avec connexion depuis le hub de Sierre. Les jonctions des 2 versants doivent faire l’objet de tracés précis.

Atelier Crans Montana

Participants : Gabriel Rossetti – modérateur (directeur du cabinet Traject), Yves-Roger Rey (secrétaire général de l’ACCM), Bruno Hugler (directeur de CMTC), Patrick Cretton (directeur SMC), Alain Barbey (directeur des CFF Suisse Romande), Dominique Kellenberger (comité APRA R2 Aminona), Jean Metz (comité APACH).

Situation actuelle et problématique : 4 accès routiers « verticaux) relient le Haut-Plateau au segment Sion-Sierre plus 1 liaison câble -le funiculaire- dont départ et arrivée sont insuffisamment connectés. De plus la station s’étend sur une horizontale d’environ 10 km. Les liaisons par câble à créer le cas échéant se heurtent à l’interdiction confédérale de survol d’immeubles (pour des raisons évidentes de sécurité incendie).

Liaisons verticales : au départ du hub principal de Sierre, en visant une arrivée principale secteur Violettes. Le funiculaire actuel d’une capacité de 456 personnes/heures, bientôt renouvelé, lequel passera à 600 personnes à l’heure (pour une dépense provisoire de 25 millions..) restera notoirement insuffisant. Ce corridor pourrait être utilisé pour mettre une liaison télécabines de 4000 personnes/heure, plus conforme aux besoins. Une seconde liaison verticale, télécabines également, type Granges-Lens devra également être remise à l’ouvrage.

Liaisons horizontales : en substance Cry d’Er – Aminona, en passant par les 2 arrivées de télécabines venant du hub de Sierre. La problématique a été soumise aux ingénieurs car nulle évidence apparaît. Bus électriques, navettes électriques autonomes, monorail (!), métro ( !!), interdiction de la voiture individuelle (pour une fluidité des bus et navettes), câble (mais où), les solutions sont sans doute un multiple de toutes ces pistes, en accordant un soin tout particuliers aux tracés, à la flexibilité, et aux capacités, et en minimisant toutes perturbations liées à d’éventuels travaux (le Haut Plateau en a déjà beaucoup souffert)

Une ligne circulaire de métro a également été envisagée. Cependant cette boucle d’environ 30 km se heurterait à des problèmes de travaux herculéens et à son financement (métro = 100 millions le kilomètre…)

Un point évident pour tous, est la nécessité de coordonner tout projet avec l’ensemble de ce qui sera mis en œuvre au niveau du district et du Canton.

En attendant l’étude technique et les projets de propositions, une phase de « micro-gestion » pourra être mise en œuvre avec une gestion mieux adaptée des moyens existants (cadence des bus, amplitude des passages, modification de la circulation etc).

Synthèse :

Chaque modérateur des 3 ateliers a présenté les réflexions produites à l’ensemble de la Commission. Les comptes-rendus officiels et études techniques complémentaires à produire par Traject seront à disposition du Préfet Jean-Marie Viaccoz qui fera poursuivre les travaux nécessaires, pour aboutir à un ensemble de propositions cohérentes qui sera soumis à la Conférence des Présidents.

Durée de cette séance : 4 heures

Jean Metz

Comité APACH