Crans-Montana: les remontées mécaniques lancent une fondation pour protéger le patrimoine naturel

 

  Le Nouvelliste – 29.09.2020

Crans-Montana: les remontées mécaniques lancent une fondation pour protéger le patrimoine naturel

A travers la Swiss Green Alps Foundation, le directeur de CMA Maxime Cottet entend mieux faire cohabiter l’homme, l’économie et l’environnement. SACHA BITTEL

ENVIRONNEMENT Créations d’habitats pour insectes, rénovation de friches industrielles, diminution de l’usage du plastique: les remontées mécaniques de Crans-Montana-Aminona passent à la vitesse supérieure en matière de développement durable. Elles viennent de lancer la Swiss Green Alps Foundation.

Les remontées mécaniques de Crans-Montana-Aminona (CMA) passent à la vitesse supérieure en matière de développement durable. Elles ont lancé mardi la Swiss Green Alps Foundation, dont la mission sera de protéger le patrimoine naturel de la région à travers un catalogue d’actions menées tout au long de l’année.

«S’il est vrai que le tourisme est un vecteur de pollution, il n’en reste pas moins qu’il est également le moteur du développement économique du Haut-Plateau. Notre objectif n’est donc pas de mettre le domaine skiable sous cloche, mais de mieux faire cohabiter l’homme, l’économie et l’environnement», explique Maxime Cottet, directeur de CMA et président du conseil de fondation de cette nouvelle entité.

A lire aussi : Crans-Montana dévoile sa stratégie pour l’après-Magic Pass

Des habitats pour insectes seront créés

Reconnue d’utilité publique, la Swiss Green Alps Foundation s’organise en six groupes de travail fonctionnant sur la base du bénévolat. Certaines initiatives déjà mises sur pied par le passé seront pérennisées et renforcées, à l’image du nettoyage des alpages ou des efforts consentis par les restaurants du groupe CMA pour réduire l’usage de plastique.

En parallèle, de nouveaux projets seront lancés. Des habitats pour insectes seront par exemple créés sur le domaine d’ici à avril 2021. «Nul ne peut nier l’impact du ski et des remontées mécaniques sur la faune environnante. Ces abris artificiels, conçus avec l’aide de spécialistes, viseront à favoriser la survie des différentes espèces en présence», annonce Maxime Cottet.

Des ruches seront également installées sur le domaine en 2021, tandis que l’aménagement d’une ferme pédagogique sur le plateau de l’Arnouva est à l’étude. En parallèle à ces actions sur le terrain, des initiatives de sensibilisation seront menées au sein des écoles.

100 000 francs pour démarrer

La fondation souhaite aussi donner un nouveau souffle aux friches industrielles qui se trouvent sur le domaine skiable. Ainsi, des projets de rénovation ont été lancés pour l’ancienne gare de départ d’Aminona et la gare intermédiaire du Signal. «Tout est ouvert, mais nous pourrions imaginer y implanter des activités de type «food and beverage» ou d’autres offres de services touristiques qui manquent aujourd’hui sur le domaine. L’idée est de revitaliser ces bâtiments plutôt que de les démolir», explique Maxime Cottet.

 Pour mener à bien ces premières actions, la Swiss Green Alps Foundation dispose d’ici à fin 2021 d’un budget de 100 000 francs. Cette manne provient d’une quotepart du prix du forfait des remontées mécaniques qui lui est systématiquement reversée par CMA.

«A l’avenir, le budget pourrait monter jusqu’à 200 000 francs par année en fonction des projets que nous mènerons», précise Maxime Cottet, qui espère également pouvoir compter sur des dons privés et publics. «Au-delà des aspects financiers, les soutiens que pourront apporter les bénévoles en termes de disponibilité et de compétences seront également importants.»

Ambitions internationales

Aujourd’hui, le champ d’action de la fondation comprend le domaine skiable mais aussi tout le périmètre des trois communes du Haut-Plateau. A plus long terme, ses activités pourraient s’étendre à d’autres destinations alpines valaisannes, suisses voire internationales.