Doléances

Deux messages de doléances reçus à l’égard de la station :

 

Bonjour Mesdames et Messieurs,

Nous sommes propriétaires à Crans Montana depuis 1984 et passons environ 3 mois par an dans la station.

Ainsi donc, durant les 4 jours de l’Ascension, nous y étions avec l’envie de marcher et aller se restaurer durant la pause de midi.

Un premier regard sur les restaurants ouverts selon votre site, devait nous conduire Chez Erwin, indiqué « ouvert ».

Un appel au propriétaire nous a indiqué que le restaurant est fermé jusqu’au 14 juillet 2019. Depuis chez nous, Route de la Combaz 17, cela représente une heure de marche. Heureusement que nous avions pris la peine d’appeler.

Second appel à l’office du Tourisme cette fois, afin de savoir quels sont les restaurants d’altitude ouverts :

  1. Merbé
  2. Cry d’Er
  3. Colombire
  4. La Cave du Scex

Nous partons donc et montons en direction de Merbé, pour constater que celui-ci est FERME !

Retour en cabine pour finalement descendre au  restaurant de la Plage à la Moubra, ayant eu soin d’appeler avant d’y aller.

Il est fort inquiétant de constater que votre personnel n’est pas compétent !

Que ferons-nous en été ou en hiver avec de telles réponses ?

Nous commençons à être vivement inquiets de la plus-value que nous apporte cette station ! Entre CMA dont la station est simplement l’otage et votre office dont le personnel n’est simplement pas à la hauteur (vécu également l’an dernier dans le café de la patinoire, où j’avais aussi fini par vous écrire, à cause de la péronnelle qui nous avait mal répondu).

Je me devais de vous en informer, même si, à la fin, je pense que vous ne vous sentez pas forcément concernés.

Bien cordialement.

 

**************************************************************************

Monsieur Clivaz, Madame Clivaz-Bonvin, Monsieur Magistretti,

Comme commerçant de la station, je suis avec intérêt vos différentes prises de positions, interventions et articles de journaux qui en découlent.

 La vérité est rarement unique. Elle a différents visages selon qui on est, là où on se place et elle est encore modifiée selon nos motivations avouées ou non.

Les justifications de CMTC pour souligner l’excellence du positionnement de notre destination en comparant notre slogan à celui d’un café ou d’une marque de chaussures de sport ne convainquent personne.

Les chiffres non plus : un record des visites des bureaux de CMTC ? un record d’amis sur FB ? un nombre de clics sur le site de CM ? cela ne remplit pas mon commerce et ne paie pas mes factures.

Les nuitées d’hôtels qui ont augmenté de 20% ces deux dernières années ? Le chiffre de départ était tellement bas que cette augmentation ne nous amène pas aux chiffres de 2000 ou 2010 mais nous avons quand même stoppé l’hémorragie.

De plus, il semblerait que la neige justifie 10% de journées skieurs en plus et le Magic-Pass 30% de journées skieurs en plus… donc, est-ce vraiment l’excellence du positionnement de notre marketing  qui justifie cette hausse ?

 Quant à CMA, on leur reproche de ne pas donner des prix pour pouvoir créer des offres assez tôt dans la saison, une gestion lacunaire des restaurants, des pistes trop étroites hors saison et bien plus encore.

Nous dépendons tous de CMA mais, comme c’est une entreprise privée elle doit trouver des solutions pour assurer une rentabilité, comme chacun d’entre nous. Cette rentabilité ne doit pas se faire au dépend de nos clients, M. Magistretti. La solution doit se trouver ensemble.

Et les commerçants dans tout cela ? Nous sommes pris en otage entre un couple omnipotent qui détient le pouvoir politique et touristique de Crans-Montana et un PDG de CMA aux décisions contradictoires et peu à l’écoute des besoins de nos clients.

Comment voulez-vous que la motivation des équipes de CMTC et de CMA soient bonnes s’ils se voient dénigrés en permamence ? Comment voulez-vous servir le client dans ces conditions ?

 Alors, Madame, Messieurs, vous qui ditent « aimer » Crans-Montana, je ne vois qu’une seule solution pour le bien de cette région : quittez vos fonctions de dirigeants et laissez d’autres personnes sans passé émotionnel gérer cette station pour le bien de tous.

Que le plus intelligent de tous fasse le premier pas en se mettant en retrait et montre la voie aux autres.

 

Un commerçant pas très courageux qui n’ose signer de son nom de peur de s’attirer le courroux des « maîtres » de la station…